01 juin 2007

Keutedi ?

Désolé

Excusez-moi messieurs-dames.

Mais mon parcours ici va se trerminer pour la bonne et simple raison que j'ai perdu les outils qui me permettaient de faire ce blog. Des outils faits maison.

J'avais cependant une envie. Juste pour rire. Avant les blogs, j'ai fait ça. Je voulais le faire savoir. Ca m'a demandé beaucoup de travail.

Je ne vous dit pas adieu car je reviendrai, autrement ailleurs. Merci de me dire que je vous manque, cherchez qui peut remplacer, il y a tant de gens talentueux.

Fait à la main par Biere_Bremier pour le service de 23:38 - Keutedi ? - Ils sont 35 à avoir interpelé le patron. - Permalien [#]

18 mai 2007

Textes à rire

Fézon le pwin

J'ai gravé des pierres. Les sauvages du continent australien en faisaient autant. J'ai gravé des pierres en tout petit petit. J'ai gravé des pierres et j'ai perdu mes cailloux. Ma machine à graver petit petit les cailloux m'a fait faux-bond. Et quand tu perds ta machine à graver les cailloux en fait tu perds en même temps le jardin où tu as planté les cailloux.

Les cailloux s'en foutent. Les cailloux on les pose, c'est comme Mireille Matthieu. Tu les graves les cailloux, mais jamais ils ne t'appelleront "papa". Je vais vous dire tout ça. Mes cailloux ils sont quelque part dans une banque de données. Ils ont une longitude et une latitude . J'ai juste perdu le plan.

Tu crois qu'un jour, une espèce de Christophe Colomb se promenant sur cet univers que l'on veut se figurer immanent trouvera mes photos, mes travaux piètres de programmation ou d'animation ? Il me verra comme un sauvage tu crois ? Un sauvage qui l'aurait un peu colonisé ?

J'ai perdu Objectif AOC définitivement. J'ai perdu le lecteur que je devais ré-initialiser à chaque épisode. C'est pas tant pis. C'est dommage j'avais encore quelques épisodes. Des bons avec des trucages superbes. J'ai perdu les vidéos pas primées à Romans. J'ai perdu tout ce que j'avais écrit d'histoires diverses et tout. C'est pas grave. Attendu qu'on peut le voir, cela signifie que tout est quelque part.

J'ai perdu mes cailloux. Peut-être que toi tu peux les retrouver. Si jamais cela t'arrive garde-les. S'ils pouvaient devenir un trésor.

Fait à la main par Biere_Bremier pour le service de 22:01 - Textes à rire - Ils sont 22 à avoir interpelé le patron. - Permalien [#]

12 mai 2007

Textes à rire

Lettre officielle 2

Collège Laëtitia Hallyday (ex-Edmond Rostand)
8, rue Arnaud Lagardère (ex-rue du Mal Leclerc)
44562
Trifouillis-les-Oies-en-France

                                                                     De M. Houblon Second

                                                                     A Mme la Principale


            Mme la Principale,


    L'initiative de nos collègues littéraires a suscité au sein de l'équipe pédagogique de mathématiques un enthousiasme qu'elle n'avait pas connu depuis la finale de Coupe du Monde 1998 et nous crions "hourra pour le SLIP". Nous reconnaissons que nous nous étions laissé aller à la morne habitude de cours sans surprises dans lequels deux ajoutés à deux faisaient toujours quatre. Il faut que cela change.


    Ainsi, à l'instar de nos collègues littéraires nous sollicitons de votre bienveillance l'autorisation de créer un mouvement permettant de réfléchir sur nos pratiques, un ouvroir, simple hommage à l'OULIPO, pouvant mettre en perspective nos libertés et nos contraintes éducatives. Cette réflexion permettra l'harmonisation des enseignements, unifiera nos cours dans un même élan vers le théorême de Thalès à la portée de tous.

    Nous espérons que cette initiative trouvera gré à vos yeux, et que les Mathématiques, Ouvertes et Unifiées dans la Liberté Educative verràont bientôt le jour. Reconnaissant la primeur de l'initiative à l'équipe de lettres, nous adhérerons aussi à leur association. Oui : la MOULE adhèrera au SLIP.

        Nous vous assurons, Madame, de l'expression de nos sentiments les meilleurs.

        Vive la République, vive la France.

                                        H.S.

Fait à la main par Biere_Bremier pour le service de 15:06 - Textes à rire - Ils sont 18 à avoir interpelé le patron. - Permalien [#]

10 mai 2007

Textes à rire

Lettre officielle 1

Collège Laëtitia Hallyday (ex-Edmond Rostand)
8, rue Arnaud Lagardère (ex-rue du Mal Leclerc)
44562
Trifouillis-les-Oies-en-France

                                                                     De M. Bière Bremier

                                                                     A Mme la Principale


            Mme la Principale,

    L'élection présidentielle récente ayant été un véritable coup de tonnerre, elle remplit d'un enthousiasme libérateur l'ensemble de l'équipe pédagogique de lettres. Décidés à ne plus stagner au rang de branleurs de fonctionnaires, les professeurs ont décidé de se lancer à corps perdu dans la remise en question des habitudes et des vieilles lunes pédagogiques qu'ils utilisaient par habitude jusqu'à aujourd'hui.

    Afin d'assurer la pérennité de ce mouvement et de le rendre visible aux plus hautes instances, nous solicitons de votre bienveillance la possibilité de fonder au sein de notre établissement une association vouée à l'innovation pédagogique. Ainsi, il nous serait fort agréable de pouvoir jouir de la salle de réunion de façon bimensuelle pendant la pause-déjeuner de manière à ce que notre petit symposium littéraire puisse se rassembler dans la plus grande sérénité et l'efficacité la plus efficiente.

    Nous joignons à ce courrier les statuts de notre association, le Symposium Littéraire pour l'Innovation Pédagogique, et sommes fiers, Madame, de vous annoncer que tous les professeurs de lettres mettront la main au SLIP.

    Veuilez agréer, Madame, l'assurance de nos sentiments respectueux,

                                                                                    B.B.

Fait à la main par Biere_Bremier pour le service de 18:54 - Textes à rire - Ils sont 25 à avoir interpelé le patron. - Permalien [#]

07 mai 2007

Textes à rire

Tiens ça faisait longtemps...

... que j'avais pas écrit un billet d'humeur. Oh oui je vous vois venir. Y'avais longtemps que j'avais pas écrit tout court. Que j'avais pas fait un épisode d'AOC ou une vidéo voire l'enregistrement du tube de l'été (pour moi ce sera de la vaseline). Que j'avais même été laisser un commentaire d'une pertinence et d'une drôlerie qui me caractérise sur vos blogs.

Alors pourquoi ?

C'est la faute à Sarkozy ? Certes certes. Je déteste que des gens arrivent à se rendre plus intéressant que moi. Notamment avec si peu d'atouts. (pas par rapport à moi mais il n'empêche (j'en profite pendant qu'il est pas encore tout-à-fait dictateur président))

C'est la faute à une santé défaillante de pré-grabataire soûlographe ? Effectivement : celui dont la luette gonflée comme une balle de ping pong ne lui est pas revenue dans la bouche ne peut pas comprendre mon désespoir d'une nuit de vomissements. (même que j'ai pas pu aller voter pour les Verts et c'est pour ça qu'ils ont fait 1,5%)

C'est la faute à un travail éreintant sous les ordres d'une direction dont le sens du service laisse à désirer ainsi que sa capacité à prévoir, gérer et organiser la vie d'un établissement ? Certes. Mais mon devoir de réserve (je suis un fonctionnaire irréprochable, t'as qu'à voir : je tombe malade pendant les vacances) ne me permet pas d'aborder le sujet. Et le premier qui peut me dire quelle est la figure de style que je viens d'utiliser aura un bon point.

C'est à cause d'une tendance de la blogosphère à se prendre au sérieux  et à réfléchir avec une pédanterie innocente sur le but d'une telle révolution culturelle ? Je ne répondrai pas à cette question. J'aime la blogosphère. TOUTE la blogosphère. Et mes statistiques sont vraiment minables.

C'est la faute au manque de motivation ? Hélas.

Tout est dit.

Ces derniers temps je ne suis plus drôle. Je prépare deux projets, l'un sur l'harmonisation des termes d'études en français, l'autre sur une étude comparée des enseignements grammaticaux en français et dans les langues. T'as vu comme c'est chiant ? Mais bon, j'avais besoin. Quand ton métier devient une habitude, il faut le remettre en question. L'enseignement faut pas que ça devienne l'usine.

Alors voilà ces derniers temps je fais un peu autre chose.

Mais je vais revenir chez vous.

Vous voir.

Parce que ma blog-roll, sans vouloir vous vanter, c'est du lourd.


Fait à la main par Biere_Bremier pour le service de 21:26 - Textes à rire - Ils sont 26 à avoir interpelé le patron. - Permalien [#]

10 avril 2007

Textes à rire

Et tu voulais être quoi petit ?

Je suis un vieux blogger. C'est pour ça tu vois au bout d'un moment je me suis laissé aller. Un vieux je te dis, avec le html qui pendouille et le css qu'a des varices. Alors je bénis Mlle Bille qu'elle est jeune (le XML soit sur vous Mademoiselle) de m'avoir fait passer une chaîne juste au moment où j'arrive plus à rien. Ceci dit c'est pas ma faute, un jour je vous raconterais mon boulot. Je pense que ce sera le même jour que l'Education Nationale implosera.

Donc Mlle Bille qui est drôle et blonde cependant, m'a dit "toi le bière tu le fais la chaîne avec engouement yoplaboum. Je ferme les guillemets. Comme ça : ". Cette chaîne consiste à dire ce que l'on fera quand on sera grand si on n'est pas adulte et ce qu'on a raté comme un con si on est adulte. Bon voilà. Donc je remonte le temps, en direct : ichkosuhdihidskopoldmslkmadlsmadlmasldmaspm^^spoioi. J'ai dix ans.

Je vis dans un village. T'as jamais vu un village comme ça. Tu vas sur Google map et tu tapes "Saint Bonnet des Quarts" et à fond de zoom tu le verras toujours pas. Il y a cinquante habitants, soixante si tu veux. Pas des gens chaleureux, enfin faut les connaître. Parmi eux il y a un couple, c'est Tatan et Tonton. Tatan c'est pas ma tante ni Tonton mon oncle, c'est mes nounous : il est boucher, elle est femme de boucher. Il a un J9 je crois pour aller chercher la viande. Et le mercredi c'est jour de saucisson, et ça mélange de la chair et ça met du sel et du poivre et un petit verre de prune.

Alors tu souffles dans le boyau du cochon, c'est là  que ça passe le caca, mais n'empêche, pouët on souffle dedans, on rigole. Et la viande qui est toute mélangée avec elle-même tu la mets dedans. Sproutch. Saucisson. Quand je serais grand, je serais feuseur de saucisson.

Et puis finalement non. Merdalor, les saucissons c'est bien mais moi je serais mieux que feuseur de saucisson. Moi j'habite à côté de Roanne. A Roanne y'a le restaurant Troigros. Même que je sais pas pourquoi ils sont que deux. Alors finalement je me mets debout sur le tabouret pour touiller et mon lapin à la moutarde il est très bon. Même pas Papa et Maman ils le vomissent. Ni la petite soeur, ceci dit la petite soeur ele mange du pâté pour chat. Nonon on n'est pas pauvre. Elle aime ça, et mon lapin à la moutarde. Et à la radio il y a Pierre Desproges qui juge Jean Troigros ; lui non plus il comprend pas pour quoi on dit Troigros alors qu'ils sont que deux.

C'est bizarre. C'était  moi.

Je vais faire passer : Cécile, STV, AB6, Mimi, Marie Séraphine, Largentula et Ardente.

Et moi j'aime bien faire pleurer dans les chaumières. J'aime bien la nostalgie. Et à toute ma blog-roll (tu cliques les bouteilles) je fais passer cette chaîne : Tes parents avaient une voiture ? C'était quoi la voiture de tes parents ?

TU LA FAIS PAS T'ES MAUDIT DE TA RACE JUSQU'A 18 HEURES 30. AU MOINS.




Fait à la main par Biere_Bremier pour le service de 21:43 - Textes à rire - Ils sont 37 à avoir interpelé le patron. - Permalien [#]

28 mars 2007

Objectif A.O.C.

Episode 42 : les Dalton et le Masque de fer.

modele_titre_aoc  p1
Enfin de l'action. Mais comme cela apporte aussi du suspens, je ne vous dirais rien. Ne comptez pas sur moi. Même sous la torture, des nèfles. Juste il y a plusieurs animaux dans cet épisode Numéro 42 de la saison 3 d'Objectif AOC intitulé : Les Dalton et le Masque de fer. Enfin il me semble que ce sont des animaux.

Allez servir un verre à l'acolyte dont la tête se découpe si joliment ici dessus.


Résumé des chapitres précédents : L'empire des Tétou-Souh, dirigé par Piccholo XXL s'est effondré sous les coups de boutoir d'un type tout rouge qu'on sait même pas son nom mais qui est devenu de ce fait Archétypique Oligarque Certifié. Enfermé dans sa cellule, Piccholo et son conseiller Bojaulpif broient du noir. Ils trouvent un certain réconfort moral dans l'arrivée de leur tourmenteur qui s'enferme avec eux pour échapper à la paranoïa bureaucratique de son aide de camp. Derniers soutiens de Piccholo, la flotte spatiale cède aux charmes de l'antropophagie tandis que le capitaine Bambi s'engage comme commis-boucher dans la Résistance. Heureusement, on resépare les méchants des gentils ou des autrement méchants. Et on retourne dans les geôles du tyrannique pouvoir.

Fait à la main par Biere_Bremier pour le service de 14:17 - Objectif A.O.C. - Ils sont 20 à avoir interpelé le patron. - Permalien [#]

26 mars 2007

Textes à lire

Antoine et Rose.

Vu que leurs héros passaient chez moi, ils m'ont demandé un petit texte, elle et lui. Dont acte avec plaisir.


 

Ca c’est passé comme ça que j’ai dit, brigadier. C’est l’Ugène qui m’a dit de v’nir y dire. L’Ugene y m’a dit que sûrement c’était pas des gens comme y faut ces deux-là, des romanichels, des gens de la villle, des étrangers en une sorte voyez brigadier. Parce que tu me diras pas que si tu peux prendre la route de la nationale et la plaine tandis que de venir traîner dans nos montagnes, tu le fais sauf si t’as quelqu’chose qui te tarabine.

Ca fésait déjà un temps qu’on les gobait, ils avançaient pas bien vite faut dire. Et pis ils se cachaient, et les gens qui se cachent ben ça attire les curieux. Et l’Ugène c’est un curieux comme on n’en fait plus pas un. « Agadon » qu’il me dit « agadon » les chanterelles ou les cailles ou je sais ni quoi ni qu’est-ce les temps normaux. Alors on y prend et on en laisse rien. Faudrait pas gâcher. 

Mais misère de champignon, c’est-y donc que ces deux là on les a gobé, enfin ces trois là, cause qu’il y avait un tout ch’tit belin, c’est lui qui nous a éveillé, qu’il beurlait de temps à temps dans le bois. Je peux vous y dire brigadier, ils se cachaient mais fi y nous voyaient pas. Et c’est là qu’on a vu qu’ils avaient vu le hameau mon brigadier.

On les a suivi un peu. Ils ont passé le pont de l’Ane, ils ont remonté chez Séroux, et puis du d’en-haut ils sont arrivés devant la ferme du Bailli. Et là, crois moi crois rien, mais je l’ai vu l’homme, je l’ai vu toucher au cul des poules. Moi mon brigadier j’suis comme vous, je voudrais bien défendre ma patrie mais on m’a renvoyé cause que je boîte de droite et l’Ugène de gauche.

Alors nous les seuls hommes du village on a pas la vie bien facile, si en plus on vient nous empaumer nos oeufs ça va sérieusement faire mique-miquain au village. Et puis bon, si on est d'aplomb on vient demander. C’est pas qu’on y aurait dit oui, mais après il aurait pu voler honnêtement le goniot. Et sûrement on y aurait donné du temps, voire qu’on aurait quasiment rien dit. Mais les gens qui volent sans demander c’est qu’ils ont la conscience pas bien propre.

C’est pour ça que l’Ugène y m’a dit « vas-y voir le brigadier à Saint Martin » histoire qu’on pourrait rendre service à la Patrie. Ils sont partis par le chemin des Fées, sous Malhaut. M’est d’avis que vous devriez voir au prieuré d’Ambierle. C’est pas que je soye rouge hein, mais des fois les curés ils sont bien complaisants.

 

 

Fait à la main par Biere_Bremier pour le service de 20:52 - Textes à lire - Ils sont 22 à avoir interpelé le patron. - Permalien [#]

23 mars 2007

Pour toi public...

Quelqu'un peut me passer des poils ?

 

Alors voilà, il y a une chaîne que si tu la fais pas tu renverses ta bière. Donc il faut que je la fais. C'est pas que, mais tout de même j'aime pas manquer de respect envers les artisans. Moi j'imagine que les types qui aident à faire de l'alcool ont des carrures qui vont d’une épaule à l’autre au moins. Et j’aime pas prendre de risque. Je crois en Dieu à l’église et quand j’en sors, je crois aussi au code de la route. Donc où j’en étais-je alors ? Oui c’est une raison pour le faire. Tu me demandes pas c’est quoi la raison,  tu me demandes pas ce que c’est le truc que je vais faire, sinon je te pètes ta gueule.

 

C’est rien c’est la bière. Donc Cubik m’a dit «  vas-y vas voir qui c’est tu vas voter pour (il habite en Belgique ce qui explique l’accent) ». Alors moi je l’ai fait. Et voilà. C’est des frais pour l’avenir en merde-à-zyeux et autres colifichets pétassiers, merci bien hein. J’ai bien tout répondu comme quoi j’étais pour que la Turquie elle rentre dans l’Europe mais avec des moufles, que il faut augmenter les impôts surtout pour les autres (j’aime pas prendre de risque je vous ai dit) tout ça tout ça et paf on m’a affirmé que j’étais une gonzesse. Je péremptoire pas, je prouve et tu cliques dessus pour aller à le test:

 

resulatats

result
 

 

Donc voilà c'est dit, je suis une gonzesse, je fais tourner et je maudis :

Cécile , tu le fais pas je t’achète une GROSSE voiture.

STV , tu le fais pas je te mutes à Boulogne sur Mer.

P-H , tu le fais pas jamais Byzance elle entre dans l'UE.

Melina, tu le fais pas tu perds tout ton talent d'écriture.

 

P.S. : lesbienne de 90 kilos cherche jeune femme lubrique.

 

Fait à la main par Biere_Bremier pour le service de 20:31 - Pour toi public... - Ils sont 18 à avoir interpelé le patron. - Permalien [#]

22 mars 2007

Objectif A.O.C.

Episode 41 : décret X alinéa IV chapitre...

modele_titre_aoc  p1

Ben en revoilà de l'épisode à suspens : signera, signera pas. Enfin des vrais super-héros. Foin des super-vaisseaux, des rayons laser ,des armées intersidérales, ici les héros sont pragmatiques et quand l'Univers est en danger, ils envoient un fax. Appréciez l'épisode 41 d'Objectif AOC :décret X alinéa IV chapitre...

Résumé des chapitres précédents : L'empire des Tétou-Souh, dirigé par Piccholo XXL s'est effondré sous les coups de boutoir d'un type tout rouge qu'on sait même pas son nom mais qui est devenu de ce fait Archétypique Oligarque Certifié. Enfermé dans sa cellule, Piccholo et son conseiller Bojaulpif broient du noir. Ils trouvent un certain réconfort moral dans l'arrivée de leur tourmenteur qui s'enferme avec eux pour échapper à la paranoïa bureaucratique de son aide de camp. Derniers soutiens de Piccholo, la flotte spatiale cède aux charmes de l'antropophagie tandis que le capitaine Bambi s'engage comme commis-boucher dans la Résistance à cause des enfants qu'il a eu d'une relation contre-nature avec un ourag-outang (certes sémillant). Heureusement, on resépare les méchants des gentils ou des autrement méchants.

Fait à la main par Biere_Bremier pour le service de 19:14 - Objectif A.O.C. - Ils sont 7 à avoir interpelé le patron. - Permalien [#]